Nos entretiens avec les responsables politiques  

  • Entretien le jeudi 16 septembre 2021 avec François-Michel LAMBERT, député Libertés et territoires des Bouches-du-Rhône, secrétaire de de la mission parlementaire sur le chanvre bien-être   
  • Entretien le jeudi 23 septembre 2021 avec Monsieur Jean-Baptiste MOREAU, député LREM de la Creuse, rapporteur de la mission parlementaire sur le chanvre bien être   

Ces entretiens ont donné lieu au constat partagé d’un raidissement de l’Etat sur le chanvre « bien-être » et de la difficulté de faire comprendre à l’exécutif la nécessité de distinguer le cannabis récréatif du cannabidiol.  

Messieurs Lambert et Moreau pensent que le Gouvernement maintiendra sa position prohibitionniste jusqu’à l’élection présidentielle, en suivant la ligne politique du Ministre de l’Intérieur, mais qu’en cas de réélection, Emmanuel Macron pourrait revenir à une option plus pragmatique.  

Ils tentent de sensibiliser le Président de la République aux conséquences dramatiques qu’aurait la publication de l’arrêté dans sa version communiqué le 20 juillet 2021 à la Commission européenne.  

Cet entretien a été l’occasion pour l’Union des professionnels du CBD de communiquer des informations chiffrées aux députés pour renforcer avec des données précises leur argumentaire dans les échanges avec le Gouvernement.  

Nous sommes convenus de rester en contact pour envisager des initiatives communes et partager les informations utiles.  

A lire :

Rapport d’information sur le chanvre de bien-être – Réglementation et impact des différents usages du cannabis – Rapport "chanvre bien-être" – Assemblée nationale (assemblee-nationale.fr)

Réglementation et impact des différents usages du cannabis : adoption du rapport d’information – Assemblée nationale (assemblee-nationale.fr)


  • Entretien le jeudi 14 octobre 2021 avec Julien BAYOU, Secrétaire national d’Europe-Ecologie Les Verts 

 La rencontre avec Julien BAYOU s’est tenue à Paris. Julien BAYOU connait parfaitement le sujet du CBD pour en être un consommateur régulier depuis plusieurs années. Nous avons insisté sur le fait que la filière CBD n’attendait pas son salut d’une de la dépénalisation ou la légalisation généralisée du cannabis, thème historique chez les Verts, cette perspective ne pouvant en tout état de cause pas être envisagée avant l’élection présidentielle, dont aucun des favoris ne porte cette proposition. Nous avons donc mis en avant la spécificité essentielle du CBD, qui, n’étant pas un stupéfiant, ne saurait être inclus, comme l’envisage le projet d’arrêté, dans une politique prohibitionniste qui n’a jamais fait la preuve de son efficacité. Pour le résumer en une formule, nous ne demandons pas que ce qui est aujourd’hui illégal devienne légal, nous demandons que ce qui est légal ne devienne pas illégal. Nous avons explicité et détaillé les différentes portes d’entrée argumentaires (économique, écologique, sanitaire et sécuritaire) pour démontrer la nécessité d’autoriser la vente de la fleur brute et s’engager dans la consolidation et la régulation d’une filière d’excellence allant du producteur local au détaillant. Nous devons lui adresser un argumentaire cette semaine, qui s’articule au mieux avec la philosophie politique et les angles saillants des écologistes. 


  •  Entretien le mercredi 20 octobre 2021 avec Olivier FAURE, Premier Secrétaire du Parti Socialiste 

 La rencontre avec Olivier Faure, le patron du PS, dont l’Union des professionnels avait pris l’initiative et à laquelle nous avions conviés François-Guilaume Piotrowski, président de l’AFPC, et Hugo Bessenay (NORML), ainsi qu’Aurélien Delecroix (SPC), qui n’a finalement pas pu se joindre à nous, s’est tenue à l’Assemblée nationale et a duré près d’une heure et demie. La présence d’un représentant de la filière agricole CBD et d’un représentant des usagers a permis des interventions complémentaires couvrant les différentes problématiques avec des angles spécifiques. Olivier Faure connaissait un peu le sujet, ainsi que sa collaboratrice. Il s’est montré très attentif et intéressé. Nous l’avons convaincu de faire entrer le sujet à l’agenda politique du PS et de proposer à Anne Hidalgo inscrive le sujet dans sa campagne. Il est prêt à nous soutenir mais s’en est remis à nous pour définir la ou les forme(s) de son intervention. Sur un plan immédiat, nous lui avons demandé de nous aider auprès des maires des villes où nous voulons intervenir. Il est disposé également à nous aider aussi pour une tribune d’élus locaux. Comme à Julien Bayou, nous lui avons proposé de lui envoyer un argumentaire dans les prochains jours. Le PS et Europe Écologie Les Verts s’inscrivent donc dans une démarche de soutien, à activer au moment le plus opportun. Il nous faut désormais renforcer nos soutiens du côté de la majorité présidentielle et de LR. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X